Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 14:32

Voilà, Ca y est J’y suis.

Je ne sais pas où je suis, mais je sais que j’y suis. Je suis perdu. Enfin je veux dire, je ne suis pas là ou j’aurais du être, ou plutôt où j’aurais pensé être.

Mais bon, j’y suis, ça, ya pas de doute.

Et ca ne sent pas bon. Pas bon du tout. J’ai pourtant bien nagé, comme il le fallait, dans le bon sens, parfois sur le ventre, d’autres fois sur le dos, j’ai même fais la nage du chien, mais non……Je n’y arrive pas. J’ai dû me gourer quelque part.

Bon va falloir que je move. Que je me sorte de là. Plus j’y reste, plus je m’enfonce dans ce merdier…..

Il faut, il faut, oui, facile à dire mais comment ? Par ou ? J’ai cherché partout, ya pas de sortie. Je n’en ai pas vu en tout cas. Et les autres là, qui sont dans le coin, dans la même mouise, et ben ils n’ont pas trouvé non plus. Ca fait un sacré temps qu’ils cherchent pourtant. Y’en a même qui ont déjà coulé.

Bon, ben on verra, pour l’instant il faut remuer pour rester au dessus…….Oh, tiens par là, on dirait une source de lumière….Une sortie peut-être ? ….Allons voir.

Non, ce n’était qu’une luciole. Voyons ! Et là …..Une autre luciole ? Oui !

Bon finalement il vaut mieux ne pas trop remuer. Garder son énergie et ne pas la gaspiller à courir derrière des mirages.

Heureusement que je sais nager, pffffffffffff ; Mais ca commence à être limite là. C’est plus des crampes que j’ai, c’est carrément des pannes sèches…..Pfffffffffffff…..C’est que cette merde, ca vous colle à la peau, ca vous entraine vers le fond et ca ne vous lâche plus. Allez encore un effort.

Là ! Une petite corniche. Je vais essayer de m’y agripper un moment histoire de souffler un peu. Voilà…..Merde. Ca se friche ! Même les parois sont pourries. Rien d’étonnant avec la merde qui y coule, tu me diras.

Hé, ho….Madame, s’il vous plait ……

-Que me voulez-vous ?

-Bonjour, ou bonsoir (je ne sais plus s’il fait jour ou nuit). Connaissez-vous la sortie SVP ?

-La sortie ?! Mais il n’y a aucune sortie jeune homme. C’est un cul de sac, croyez moi, j’y suis depuis des années et je peux vous l’affirmer. Pas de sortie, on y est, on y reste……Allez je vous laisse, il faut que je suive le courant, sinon je vais me fatiguer à nager…..A dieu.

Bon……La voilà qui se laisse emporter par le courant….Allez, bon vent la vielle. Pas grave, je vais me débrouiller. Tiens, là, on dirait un bout de bois ! C’est un tronc d’arbre. Bizarre….Ya pourtant aucun arbre par ici. Ah non, c’est un radeau ! Bon ce n’est pas la peine de se poser dix milles questions, on va s’y accrocher.

Ca y est, je m’approche…..Mais…..Y’a plein de monde déjà…Tanpis, je vais essayer de trouver une petite place.

-Pardon, pardon, puis-je m’y accrocher en votre compagnie ?

-Comment ! Voyons mais il faut être membre monsieur.

-Membre ? Mais de quoi ?

-Quelle question ! Mais du club de ceux qui se laisse allez dans le sens du courant, mon ami.

-Et qu’est ce qu’il faut faire pour avoir la carte de membre ?

-Rien.

-comment !?

-Rien, il ne faut rien faire. Rien du tout, ou si peu. Et surtout il ne faut ni se plaindre, ni réfléchir.

-Ah, et bien merci. D’une, je ne suis pas de ceux-là, et de deux, nous ne sommes pas encore ami. Alors, je vous laisse vous la couler douce, mais savez-vous au moins vers où, vous la coulez ?

-Mais vers là ou le courant nous mène. Puis vers la seule destination finale, jeune homme. Vers la chute !

-Oups…..Allez, bon vent. Accrochez-vous bien à votre planche, messieurs. Moi je préfère quitte à finir dans la chute, nager de mes propres ailes !

Bon c’est bien de faire le fanfaron, mais maintenant je fais quoi ? Je suis empêtré jusqu’au coup dans cette marmelade visqueuse, et j’ai bien beau nager, enfin nager ! Remuer dans tous les sens, je ne m’en sors pas.

Ah, tiens, voilà des gens là bas. Ils sont attroupés autour de quelqu’un on dirait, et ils font beaucoup de vague ! Je vais aller voir, on ne sait jamais…..

- Pardon messiers dames, bonjours, que se passe t-il ? Auriez-vous trouvé une sortie par hasard ?

- Par hasard jeune homme ?! Quel hasard ? Nous ne croyons à aucun hasard mon ami. Tout est écrit et la volonté de la chute sera faite!

Ohlà, d’abord je ne suis plus un jeune-homme, et puis ils me prennent tous pour leurs amis ! Mon ami par ci, mon ami par là, Pffff bon passons.

- Soit monsieur, que la volonté soit faite ; Moi ce que je voulais savoir c’est si vous connaissez la sortie, ou du moins un air de repos.

-La sortie ?!!! La sortie de quoi ?!

-Ben….D’ici voyons.

- Mais mon ami, êtes vous sourd ? Ecoutez donc l’enseignement du grand brasseur, il n’y a pas de sortie ni d’entrée. Il y a ce qu’il y a, point. Et en même temps il n’y a rien. Un vide rempli et un empli vide. Et rien ne sert de nager, il vaut mieux se laisser emporter, puisque c’est la volonté de la grande chute. Elle nous appelle à elle, rien ne sert de résister mon enfant…..C’est la loi. Quand au repos, n’y compter pas. Il n’y a pas de repos pour les braves. La souffrance est une récompense comme le dit le grand brasseur. Celui qui souffre est celui qui sera le premier. Après la chute sera la plage et le repos. Des plages et des lacs plats, à l’eau clair, sans remous ni chute. La nage libre pour le plaisir et le bonheur de chacun, pour l’éternité. Après la chute…… Au faite, mon brave, Brave, vous l’êtes, non ? Je l’espère pour vous car sinon à la place et lieu de plages verdoyantes, la chute vous mènera droit vers le torrent fous où les vagues et les pics rocheux, vous mettront en pièces encore et toujours mon enfant !

Tiens voilà maintenant qu’il me prend pour son enfant ! Et puis quoi encore…….Il me parle de ne pas résister, de ne pas nager, de plages et de torrent après la Chute.Mais qu’est ce qu’il en sait ? Personne n’est jamais remonté la chute ! Moi ce qui m’intéresse, ce n’est pas ce qu’il y aurait après la chute, mais avant ! C’est comment me dépêtrer de cette odeur, de cette marmelade collante.

Et puis, il ne s’est pas regardé ! Il fait autant de remous qu’une baleine….Bon pas la peine d’insister.

-Je vous remercie mon bon monsieur, je ne sais pas si je suis brave, ni ce qui m’attend après la Grande chute, mais ce que je sais, c’est que je n’entends rien au discours de votre grand brasseur. Alors brassez bien, et bon vent.

Bon, encore un coup pour rien, continuons à nager, on verra bien……

Aiiie…..Je me suis fais mal là. J’ai du accrocher un gros caillou, pourtant ce n’est pas la première égratignure que je me fais, depuis que je nage dans cette boue. Mais là, je crois que je me suis blessé grave.

-Alors camarade, on s’est fait bobo ?

Qui c’est celui là ? Je vais lui répondre on verra.

-Aieee aie, bonjour. Oui, je crois que je saigne. Merci de vous inquiéter.

-Ce n’est rien camarade. Moi je me suis fais bouffer un bras, et mon copain, là, il s’est fait arracher une jambe. C’est la vie comme on dit. C’est des choses qui arrivent quoi. Il ne faut pas se laisser couler. Allez gardez le cap et bon nage…..A un de ces quatre….

-Euuuh, merci, bonne route à vous également.

Waoooo……Alors ceux-là ils ont le moral ! Putain. Chapeau. Bon, moi je veux bien garder le cap, mais faut-il encore savoir où il est le cap……

-Au secours, au secours…….

Que se passe t-il ? Là, quelqu’un qui se noie !

-Accroches-toi mon vieux j’arrive……Ouf, il était temps. Allez attrape mon bras et souffle/ Ca y est ? Tu te sens mieux ?.....

On dirait que oui, il est déjà parti, sans un merci !

Pas grave. Pas besoin de merci pour faire les choses. Nageons !

Olala, c’est de plus en plus dur de se tenir la tête hors de cette boue. Tiens, là ya des gens qui coulent ou quoi ?

-Voulez-voulez de l’aide messieurs ?

-De l’aide ?! C’est trop tard pour ca. Ce qu’on veut nous c’est de couler, couler et couler le plus vite possible. Marre de cette boue. Marre de nager.

-Mais attendez……

Trop tard. Ils ont disparu. Remarque, je les comprends. C’est vrai qu’il faut être maso pour continuer. Je ne sais même pas pourquoi moi, je continue. Peut-être par ce que je suis curieux. Oui ca doit être ça. Je crois…..Là un bateau !

Oui un vrai bateau cette fois. Pas un radeau pourri comme j’en ai croisé, genre bout de bois, non un vrai bateau à voile. Je vais allez demander le chemin.

-Pssst….Messieurs s’il vous plait, allo ! Ho ho !

Mais ils ne m’entendent pas où ils font semblant ?

- Hé ho s’il vous plait, pouvez-vous me répondre ?

Merde, ils se retournent ! Ils font genre je ne suis pas là. Bon tanpis, je crois qu’on ne peut pas les déranger. Tiens un autre bateau qui arrive, celui là il est carrément à moteur.

-Héhoooo, s’il vous plait, pourriez vous m’accorder un instant ?

Ahhh, il ralentit.

-Oui mon bonhomme, que voulez-vous ?

-La sortie s’il vous plait ?

-La quoi ?

-La sortie.

-La sortie ?! Mais on s’en fiche de la sortie. Qui veut sortir ? On est très bien ici. Il y a tout ce qu’il faut, à manger, à boire, on est au sec et on ne craint pas les morsures. Pourquoi diable voulez-vous qu’on cherche la sortie. Quelle drôle d’idée !! D’ailleurs je ne pense pas qu’il y est une sortie. Nous sommes là pour l’éternité, mon bonhomme.

-Et la chute ? Que faite vous de la chute au bout ?

-Mais la chute on ne l’entend pas ici, et on s’en fiche. On a un bateau très puissant, les moteurs tournent jours et nuits, sans interruption, même à l’arrêt. Jamais la chute ne pourra nous emporter. Bon allez, mon brave, circuler, vous nous faites perdre notre précieux temps. Nous avons encore beaucoup à faire, des réceptions à organiser et des cartons d’invitations à envoyer. Les autres bateaux comptent sur nous. Ah un conseil mon brave. Ne vous approcher plus des bateaux, leurs occupants ne sont pas tous aussi magnanimes que moi. Vous pourriez vous faire découper très facilement par les hélices. Au revoir…..

!! Pauvres fous ! Ils ne voient même pas que pendent qu’ils se préoccupent de leurs « réceptions mondaines », la chute les happe, inexorablement. Et leurs bateaux, malgré leurs puissances démoniaques, finiront par y tomber. Oui, le bruit de leurs puissants moteurs les empêche d’entendre le vacarme de la chute, à force, ils en oublient même l’existence, mais ils y finiront quand même.

Bon tanpis, laissons les à leurs loisirs et nageons, nageons, nageons, nageons........ 

 

Pfffffffffffffff, j’en ai assez de nager. Je finirais par tomber dans la chute, comme tout le monde ici, c’est une certitude.

J’aurais bien voulu, avant de me fracasser en bas, savoir comment je suis arrivé ici, et pourquoi. Mais je crois que je ne le saurais jamais.

Je ne sais même pas ce que j’ai, ou, aurais dû faire. Tout ce que je sais, c’est que j’ai fais ce que j’ai pu, du mieux que j’ai pu, même si je dois l’avouer, pas toujours à propos. Je me suis souvent trompé de courant, de galeries, et même de nage, mais au moins j’ai nagé, ca oui, j’ai nagé.

Pour rien ?.... Peut-être. Mais que pouvais-je faire d’autre ?

Maintenant que je suis fatigué et blessé, trop pour pouvoir continuer, que me reste-t-il à faire ?

M’accrocher à une planche et croire que je vais surnager la boue ? Ou bien croire qu’il n’y a pas de chute au bout, écoutant le bruit de la puissance ou bien goutant aux mielleuses promesses d’un brasseur, tout aussi perdu que moi ?

Non, je vais encore nager un moment, juste un moment. Braver encore un peu le courant, tout en écoutant le vacarme de la Grande chute qui aspire tout.

Rêver aussi, un peu, et enfin couler. Couler sûr, mais en bon nageur.

K.t

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> ahah!!<br />
Répondre
V
<br /> regarde ils ont fait une réalisation 3D du tableau d'Escher, c génial et ça fait mal à la tête:<br /> <br /> <br /> http://www.360cities.net/image/tribute-to-escher#-298.80,81.29,110.0<br />
Répondre
K
<br /> <br /> OH;;;;;deja que a plat, ya pas de sortie, alors en 3D<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> ben alors merde et la technologie^^, mon tuyau est en plastique!!ahahah!!<br />
Répondre
K
<br /> <br /> je savais....<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> hé oui le monde est fou ... ben moi je sais pas nager...je suis déjà au fond et c plus calme...jai juste trouvé un pti tuyau en attendant......je marche<br />
Répondre
K
<br /> <br /> oui, je vois, jedois pas être loin d 'ailleurs. Sauf que mon roseau, il commence à pourir....Ya des fuites<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le monde est fou....moi aussi.
  • : Pour ceux qui s'interrogent..sur l'amour,la guerre..la vie, et la mort. Sans oublier l'humour, le sexe, et le ROCK "n" ROLL, bien sûr
  • Contact

logo vdm big
Tout ce qui a un début, a une Fin.

همه از مرگ مي ترسند، من از زندگي سمج خودم...."

 
آن‌چه که زندگی بوده‌است از دست داده‌ام، ............... بعد از آنکه من رفتم، به درک، می‌خواهد کسی کاغذپاره‌های مرا بخواند، می‌خواهد هفتاد سال سیاه هم نخواند، من فقط برای این احتیاج به نوشتن که عجالتا برایم ضروری شده‌است می‌نویسم
S.Hédayat.
من گنگ خواب دیده و عالم تمام کر است ؛ من عاجزم از گفتن و خلق از شنیدن است

Droit, tout droit vers cette obscure clarté,

qui tombe des étoiles...

Sans-titre.jpg 

 
این چه حرفیست که در عالم بالاست بهشت
هر کجا وقت خـوش افتـاد همانجاست بهشت

دورخ از تیـــــــــرگی بخت درون تـــــــــــو بــود
گر درون تیــره نباشد همه دنیــــاست بهشت

A.TABRIZI 

Poète perse.

 

6a00d834515f9b69e20168e5c36718970c-800wi

 


مراد از زنده ماندن ، امتداد خورد و خوابم نیست
توان دیدن دنیای ره گم کرده در رنج و عذابم نیست
هوای همنشینی با گل و ساز و شرابم نیست .

جهان بیمار و رنجور است .
دو روزی را که بر بالین این بیمار باید زیست
اگر دردی ز جانش برندارم ناجوانمردی است .

نمی خواهم بمیرم تا محبت را به انسانها بیاموزم
بمانم تا عدالت را برافرازم ، بیفروزم

خرد را ، مهر را تا جاودان بر تخت بنشانم
به پیش پای فرداهای بهتر گل برافشانم
چه فردائی ، چه دنیائی !
جهان سرشار از عشق و گل و موسیقی و نور است …

نمی خواهم بمیرم ، ای خدا !
ای آسمان !
ای شب !
نمی خواهم
نمی خواهم
نمی خواهم

 مگر زور است ؟  

F;Moshiri

 

Condition humaine

iran  


(Saadi, Poète perse 1184-1283)

 553806_430808160316219_442424970_n.jpg


Celui sui se transforme en bête,
se délivre de la douleur d'être un homme


Coupable !!

banane-rock.jpg
  Boite à blabla

 

 

" Mais chanter,
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l'oeil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, -ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d'en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d'être le lierre parasite,
Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !"
E.R

La vie ?!

 

کاش میشد سر نوشته خویش را از سر نوشت 

کاش میشد اندکی‌ تاریخ را بهتر نوشت

کاش میشد پشت پا زد بر تمام زندگی‌

داستان عمر خود را، گونی دیگر نوشت

The Only King

Music 4ever

28348 121812137842746 646493 n

 

logo_vdm_big.jpg


ميون يه دشت لخت زير خورشيد كوير
مونده يك مرداب پير توی دست خاك اسير
منم اون مرداب پير از همه دنيا جدام
داغ خورشيد به تنم زنجير زمين به پام


من همونم كه يه روز مي خواستم دريا بشم
مي خواستم بزرگترين درياي دنيا بشم
آرزو داشتم برم تا به دريا برسم
شبو آتيش بزنم تا به فردا برسم


اولش چشمه بودم زير آسمون پير
اما از بخت سيام راهم افتاد به كوير
چشم من به اونجا بود پشت اون كوه بلند
اما دست سرنوشت سر رام يه چاله كند


توی چاله افتادم خاك منو زندوني كرد
آسمونم نباريد اونم سرگروني كرد
حالا يه مرداب شدم يه اسير نيمه جون
يه طرف ميرم تو خاك يه طرف به آسمون


خورشيد از اون بالاها زمينم از اين پايين
هي بخارم مي كنن زندگيم شده همين
با چشام مردنمو دارم اينجا مي بينم
سرنوشتم همينه من اسير زمينم


هيچی باقی نيست ازم لحظه های آخره
خاك تشنه همينم داره همراش می بره
خشك ميشم تموم ميشم فردا كه خورشيد مياد
شن جامو پر می كنه كه مياره دست باد