Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:39

Papou rentrait comme tous les jours de sa promenade du l’après- midi, fourbu, pétri de fatigue et de douleur. Mais même à son âge, il lui fallait cette petite ballade journalière. Depuis des années et malgré une maladie chronique, papou, n’avait jamais cessé son activité physique.

Il ne pensait plus qu’à une chose. Se détendre un instant sur son vieux fauteuil, placé tout prêt d’une des deux fenêtres très rapprochées, trop rapprochées, qui donnaient sur le jardin, et s’assoupir un moment.

Il allait s’endormir quand une balle de tennis traversa avec fracas, la fenêtre.

Il se leva difficilement pour ramasser la balle et vit à travers la fenêtre cassée, son petit fils tommy, se cacher derrière le grand chêne majestueux.

-Sors de là tommy, je t’ai vu, dit papou

-Pardon papou, je n’ai pas fais exprès, répondit le petit garçon de toute évidence embarrassé.

-Ce n’est pas si grave, pas grave du tout. Je dirais même que tu as bien fais.

-A bon !? Répondit tommy étonné.

-Oui mon petit. D’ailleurs ………

Et là, Papou jeta la balle qu’il venait de ramasser à et cassa à son tour, la fenêtre qui se trouvait juste à coté de celle qui venait de se briser. La deuxième fenêtre éclata en morceau sous le regard médusé du petit garçon.

-Mais papou, qu’est ce que tu fais ? Il va y avoir un courant d’air maintenant.

-Haha, ne t’inquiètes pas répondit le vieil homme. C’est une chose que je devais faire depuis très longtemps.

-A bon !? S’étonna d’avantage tommy. Mais pourquoi ? Tu avais trop chaud ? Ou bien elles ne te plaisaient plus ces fenêtres ? Elles étaient trop vieilles ?

-Mais non petit répondit papou, amusé.

-Quoi alors ?

-Tu les as libérées….répondit l’homme.

-Ha ?!! Quoi ? Rétorqua le petit garçon qui commençait à douter de la raison de son grand père.

Libérées ? Quoi, qui ?

-Les fenêtres voyons, redit papou.

- Mais comment ? Elles étaient en prison ou quoi ? Je te préviens papou, je ne veux pas me faire enguirlander par papa pour les deux fenêtres. Tu ne vas pas me mettre la deuxième sur le dos ha ?

Papou s’esclaffa :

- Tu ne perds pas le nord toi. Mais non ne t’inquiètes pas. Ton père il le sait très bien pourquoi j’ai fais cela. Tiens le voilà qu’il rentre justement. T’as qu’à lui demander toi-même.

- Papa, papa, viens voir, papou a cassé les fenêtres, s’écria le garçon.

-Quisha, le père, regarda le petit garçon tout excité, se tourna vers son père et dit :

-C’est vrai ce mensonge, père ?

-A moitié mon fils, juste à moitié.

-Comment ça, à moitié ? Répondit quisha.

-C'est-à-dire que j’en ai cassé qu’une seule.

-Ah ! dit le jeune homme. Et l’autre ? Elle s’est cassée toute seule ?

-Non répondit le vieil homme, amusé, en regardant tendrement son petit fils.

-Ah …..Je vois. Rétorqua Quisha. Je vois.

-Et ben pas moi, s’empressa de dire le garçon. Moi je n’y comprends rien. Mais papou m’a dit que toi tu m’expliquerais.

- Oui….soupira le jeune homme. Si tu veux, mais après c’est toi qui va m’expliquer depuis quand tu mens à ton père.

-Le petit garçon rougit mais attendit avec impatience l’explication.

-Alors voilà, commença Quisha.

Les deux fenêtres que tu vois là, …Enfin que tu voyais là, papou les a trouvé au moment de l’achat du terrain, là, debout dans leurs cadres, au beau milieu de rien, l’une à côté de l’autre, comme si elles se tenaient là depuis des dizaines d’années. En effet il existait ici une très vielle baraque, que la mairie avait démolie pour revendre le terrain. Mais va savoir comment ces deux fenêtres sont restées intactes après la démolition.

Alors Papou trouvant ça amusant, a fait construire toute la maison autour, sans y toucher.

-Oh ! S’étonna le garçon. Sans les déplacer ?

-Oui répondit le père. C’est pour cela qu’elles étaient anormalement proches l’une de l’autre.

-Mais pourquoi papou ? Continua le petit.

Le vieil homme souri et dit :

- Ecoutes ton père, il va te l’expliquer. Enfin s’il se rappelle encore de la nature des choses.

-Ca va papa, soupira Quisha, je ne risque pas d’oublier, ne t’inquiète pas.

Ton grand père était persuadé que ces fenêtres étaient deux amoureux !

-Amoureuses ? S’écria le petit garçon. Des fenêtres ? Comment ! Mais ce n’était que des fenêtres !

-Peut-être mon fils, dit Quisha.

Mais l’amour n’est pas l’exclusivité des hommes, loin de là. L’amour n’est qu’un mot, pour désigner une attirance, une connexion, un rapport particulier et unique qui lie et relie les êtres. Ce n’est qu’un mot.

Oui, rajouta-il, en jetant un regard tendre vers le vieil homme. Mon vieux père croit depuis toujours que l’amour dépasse le cadre du vivant tel qu’on le définie, que cette connexion s’étend à, et à travers tout l’univers. Qu’il ne concerne non seulement le vivant mais aussi toute la création, atome par atome.

Le petit garçon se gratta la tête. De toute évidence ça commençait à devenir trop compliqué pour lui, alors papou sourit et dis :

-Oui fiston, tu vois, ces deux fenêtres avait traversé les décennies ensemble, avaient vécu et vieilli ensembles, côte à côte sans pour autant pouvoir se rejoindre. Sans jamais pouvoir se toucher, se voir…sans jamais pouvoir s’unir. Séparées toujours par leurs cadres, par un mur, par une paroi, la seule façon pour eux d’être réunies était d’en sortir, de traverser ce mur et n’être plus des fenêtres. J’ai souvent pensé à les briser mais je ne sais pourquoi j’ai toujours hésité.

Toi, tu l’a fais. Innocemment, sans te poser de question, probablement par hasard, ou alors parce que cela devait se faire par des mains jeunes, promesses de renouveau et de changement.

Alors tu comprends que si l’une part, l’autre, ne pouvait que suivre. Il était trop cruel de les garder encore plus séparées.

Tu les as libérées, je les ai juste réunies.

-Ouuuuuu …. Je ne comprends rien à ces histoires. Je crois que papou commence à yoyoter sérieux, mais je l’adore quand même, malgré ses idées bizarres.

- Oui répondit Quisha, spécial, il l’a toujours été. Allez file dans ta chambre et laisse ton vieux papy se reposer.

 

K.t

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
<br /> J'aime cette histoire, elle me fait rêver... je suis peut-être cucu ou naïve, mais en la lisant je me sens moins seule; elle me rappelle que des connections existent... Le 'Papou' qu'a construit<br /> une maison autour de ces deux fenêtres... quand on rencontre des gens ou des lieux comme ça, qui rendent la vie magique... <br /> C'est comme les 1001 nuits.<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
K
<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> j'adore..... <br /> j'adore beaucoup..<br /> (ça me rappelle une chanson de Googoosh?)<br /> <br /> ps : Quisha... haha LOL<br />
Répondre
K
<br /> <br /> oui.....bravo quelle mémoire<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> C'est de toi?..Parce que je la connais cette histoire (le mot idée lui conviendrait mieux)..., et elle est..oui elle est UNIVERSELLE...GENIALE!!!<br />
Répondre
K
<br /> <br /> oui tout ce que j 'écris est de moi, sauf les citation ,  "l'histoire" est de moi, l'idée doit être<br /> universelle.....je l'ai prise d'une chanson, et j ai brodée l'histoire autour<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le monde est fou....moi aussi.
  • : Pour ceux qui s'interrogent..sur l'amour,la guerre..la vie, et la mort. Sans oublier l'humour, le sexe, et le ROCK "n" ROLL, bien sûr
  • Contact

logo vdm big
Tout ce qui a un début, a une Fin.

همه از مرگ مي ترسند، من از زندگي سمج خودم...."

 
آن‌چه که زندگی بوده‌است از دست داده‌ام، ............... بعد از آنکه من رفتم، به درک، می‌خواهد کسی کاغذپاره‌های مرا بخواند، می‌خواهد هفتاد سال سیاه هم نخواند، من فقط برای این احتیاج به نوشتن که عجالتا برایم ضروری شده‌است می‌نویسم
S.Hédayat.
من گنگ خواب دیده و عالم تمام کر است ؛ من عاجزم از گفتن و خلق از شنیدن است

Droit, tout droit vers cette obscure clarté,

qui tombe des étoiles...

Sans-titre.jpg 

 
این چه حرفیست که در عالم بالاست بهشت
هر کجا وقت خـوش افتـاد همانجاست بهشت

دورخ از تیـــــــــرگی بخت درون تـــــــــــو بــود
گر درون تیــره نباشد همه دنیــــاست بهشت

A.TABRIZI 

Poète perse.

 

6a00d834515f9b69e20168e5c36718970c-800wi

 


مراد از زنده ماندن ، امتداد خورد و خوابم نیست
توان دیدن دنیای ره گم کرده در رنج و عذابم نیست
هوای همنشینی با گل و ساز و شرابم نیست .

جهان بیمار و رنجور است .
دو روزی را که بر بالین این بیمار باید زیست
اگر دردی ز جانش برندارم ناجوانمردی است .

نمی خواهم بمیرم تا محبت را به انسانها بیاموزم
بمانم تا عدالت را برافرازم ، بیفروزم

خرد را ، مهر را تا جاودان بر تخت بنشانم
به پیش پای فرداهای بهتر گل برافشانم
چه فردائی ، چه دنیائی !
جهان سرشار از عشق و گل و موسیقی و نور است …

نمی خواهم بمیرم ، ای خدا !
ای آسمان !
ای شب !
نمی خواهم
نمی خواهم
نمی خواهم

 مگر زور است ؟  

F;Moshiri

 

Condition humaine

iran  


(Saadi, Poète perse 1184-1283)

 553806_430808160316219_442424970_n.jpg


Celui sui se transforme en bête,
se délivre de la douleur d'être un homme


Coupable !!

banane-rock.jpg
  Boite à blabla

 

 

" Mais chanter,
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l'oeil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, -ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d'en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d'être le lierre parasite,
Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !"
E.R

La vie ?!

 

کاش میشد سر نوشته خویش را از سر نوشت 

کاش میشد اندکی‌ تاریخ را بهتر نوشت

کاش میشد پشت پا زد بر تمام زندگی‌

داستان عمر خود را، گونی دیگر نوشت

The Only King

Music 4ever

28348 121812137842746 646493 n

 

logo_vdm_big.jpg


ميون يه دشت لخت زير خورشيد كوير
مونده يك مرداب پير توی دست خاك اسير
منم اون مرداب پير از همه دنيا جدام
داغ خورشيد به تنم زنجير زمين به پام


من همونم كه يه روز مي خواستم دريا بشم
مي خواستم بزرگترين درياي دنيا بشم
آرزو داشتم برم تا به دريا برسم
شبو آتيش بزنم تا به فردا برسم


اولش چشمه بودم زير آسمون پير
اما از بخت سيام راهم افتاد به كوير
چشم من به اونجا بود پشت اون كوه بلند
اما دست سرنوشت سر رام يه چاله كند


توی چاله افتادم خاك منو زندوني كرد
آسمونم نباريد اونم سرگروني كرد
حالا يه مرداب شدم يه اسير نيمه جون
يه طرف ميرم تو خاك يه طرف به آسمون


خورشيد از اون بالاها زمينم از اين پايين
هي بخارم مي كنن زندگيم شده همين
با چشام مردنمو دارم اينجا مي بينم
سرنوشتم همينه من اسير زمينم


هيچی باقی نيست ازم لحظه های آخره
خاك تشنه همينم داره همراش می بره
خشك ميشم تموم ميشم فردا كه خورشيد مياد
شن جامو پر می كنه كه مياره دست باد