Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 19:42

Dépassement de soi, résistance et mental d'acier, pour beaucoup l’effort extrême et la résistance à la douleur, est personnifié par le grand sportif d’endurance , le coureur, le marathonien, le grimpeur, boxeur ou coureur de vélo professionnel qui va jusqu'au bout de sa résistance, afin d'atteindre son but et de se dépasser constamment.

Or en vérité, le palmarès de l'effort ne revient pas au sportif , mais au malade chronique. Car si le sportif donne tout ce qu'il a et plus encore, il le donne sur un temps donné et pour un but glorieux. Il sait que son effort tout extrême qu'il soit , prendra fin plus ou moins rapidement et qu’après viendra le temps du repos et qu'au final, il aura souffert mais se sera amélioré, renforcé, dépassé.

Mais le malade chronique, lui son effort et sa douleur ne prend jamais fin.

Nul repos , nulle terre promise, nulle arrivée synonyme de fin de souffrance ou de réussite et nulle amélioration ou dépassement de soi non plus . Pour lui il n'y a pas de ligne d'arrivé, son effort ne prendra jamais fin, sinon avec la mort, et sa résistance ne fera que se tarir au fil du temps. Son combat à lui, ne sera pas auréolé de médaille ou de reconnaissance, Son dépassement de soi ne sera glorifié que par le simple fait de survivre et de souffrir un jour de plus.

Le vrai champion , le vrai battant, ce n'est pas celui qui se dépasse pour un temps limité et pour un but glorieux, mais celui qui se dépasse à chaque instant, tous les jours et pour aucune gloire

Le malade chronique est comme le prisonnier qui prend perpette. Il sait que son enfer ne prendra jamais fin, que son effort, sa souffrance, son dépassement l'accompagnera jusqu'à la tombe...

Le plus grand des champions n'est rien face au plus petit des malades chroniques....La maladie chronique est l'enfer

Je le sais, car j'ai connu les deux ....

k;t

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 15:26

un monde de fou , ce monde l'a toujours été.

Un monde, une existence ou tu mange pour ne pas être mangé, tu tue pour ne pas être tué, c'est cela la réalité de toujours. Un organisme a avant tout besoin de survivre pour exister et cela l'amène dès sa conception à se battre contre d'autres organismes , se battre mais aussi à faire des alliances, des compromis, afin de se renforcer et être moins vulnérable. Et la moralité n'y changera rien à cette réalité, on aura toujours besoin de consommer , de combattre , et de coexister afin de survivre. Telle est la loi de la vie. Ce que la moralité, la religion ou la politique peut changer , c' est la façon de s'y prendre, la manière, la qualité et la quantité de cette échange et non sa nature profonde.

C'est pourquoi la violence, les inégalités et l’égoïsme ont étés et seront toujours les piliers de l'existence, ainsi que l'amour qui permet un attachement et une coexistence durable. Mais ne nous y trompons pas. Il n'y a pas d'un côté l"amour pacifique, et de l'autre la haine et la violence. Nous ne sommes pas dans la guerre des étoile, d'une part le côté obscure et de l'autre la clarté de la force. La "force"si il y a est faite de la somme des deux côté, selon l'angle où on se place. Elle est une et indivisible. La force est ce qui rend plus fort, peu importe le reste. Parfois c'est l'anéantissement de la menace, d'autres c'est l'entente cordiale et la coexistence , et parfois encore la fuite qui sont des facteurs de survie. Même le pacifiste le plus borné, sera obligé de se défendre une fois sous la menace directe, consciemment ou inconsciemment ou bien il péri. Et à l'opposé, même le guerrier le plus résolu, sera obligé des faire la paix et de coexister si c'est la seule façon pour lui de survivre à un adversaire supérieur, si l'adversaire juge que la coexistence est plus bénéfique pour sa propre survie que le conflit .

C'est à mon sens , un fait, qu' aucune philosophie ni croyance ne peut nier: que le but première est sa propre survie( de soi et sa descendance par extension) .

Mais il y a un temps pour se battre et un temps pour se reposer, un temps pour résister et un temps pour aimer. C'est cela que la philosophie et l’Étique nous enseigne, rien d'autre: Choisir le bon moment et le bon moyen.

Mais un monde pacifié est un rêve chimérique... car même si L'homme y parvient un jour, cela sera une parenthèse d'espèce. Certes, une espèce comme l'homo sapiens sapiens, peut un jour établir la paix , mais ça ne sera que concernant son propre espèce à force de lois restrictifs ( une sorte de violence en soi) et d'éducation forcené ( une sorte de formatage en soi). Mais le reste de la nature suivra son court et sa loi fera toujours priorité. Les virus et microbes essayerons toujours de coloniser les organismes, et les organismes de les anéantir, le loup ( si il en reste!) mangera toujours l'agneau et l'agneau broutera toujours L'herbe verte.

Donc nous voyons bien que ce n'est pas la violence, ni même la haine qui rend ce monde fou. Ce ne sont non plus les inégalités , car elles sont aussi d'ordre naturelle et même nécessaire à la bonne marche de la vie. Car comment imaginer un lion se nourrir si il était de force égale à sa proie? ou simplement comment imaginer gagner une compétition si tous les compétiteurs sont absolument égaux? Et puis comment concevoir un monde basé sur le système de survivance si tous les êtres étaient de force et d'intelligence égales. Impossible. Cela est un rêve et il se nomme le paradis. Mais certainement pas la vie. La vie, la vrai, le réel est fait d’inégalité , de compétition, de forts, de faibles, de riches et de démunies... c'est ainsi, et ce n'est pas moi qui l'est inventé. Je ne fais que le constater.

Mais alors pourquoi donc ce monde nous semble si injuste? et bien simplement parce que IL L'EST. Ou du moins il l'est aux yeux de celui qui conçoit la notion de justice comme celle de l'effort et d'égalité. Mais intrinsèquement; la nature ne connait ni reconnait une telle notion. La justice est une invention humaine, un rêve, un idéal, dont la vie n'en a cure.

Donc ce n'est ni la violence, ni l'injustice, ni encore l'inégalité qui , à bien regardé, donneraient cette impression profonde viscérale et VRAIE à mon sens , que le monde ne tourne non pas non plus simplement rond, mais de moins en moins rond, non pas qu'il est fou mais de PLUS EN PLUS FOU, à en devenir schizophrène!!

Ce qui donne à certain cet impression FORTE et vraie, est à mon sens l'information!

Mais pour commencer il convient de préciser ce qu'est l'information à mon sens. L'information n'est pas la communication et encore moins le savoir. C'est un peu de ceci saupoudré d'un peu de cela. Le savoir demande de l'effort, de l'engagement et surtout du temps, l'information non, elle est instantanée. La communication demande de la volonté et de la réceptivité, ET SURTOUT de la compréhension . L'information demande juste à être entendue.

La communication qui ontologiquement était là pour rapprocher les êtres et de partager les savoirs, comme un outil propagateur de savoir (langage, écrit etc..) s'est peu à peu transformé en un outil simplement informatif et non plus d'échange. Car si c'est la communication qui nous fait prendre connaissance de l'autrui, de ses idées, de ses sentiments à moins de ses sensations, de ses rêves ainsi que de sa vision du monde, et in-finé de son savoir, l'information elle nous fait prendre connaissance de l’état non pas des êtres ou des choses mais de l’événement ou d'un fait !

Elle est tel un coffret où on peut ranger pèle mêle une multitude de connaissances superficielles qui au fond ne font pas une connaissance certaine mais une certaine connaissance confuse. Elle est à la base de bien des progrès mais aussi de bien de confusions. Et surtout elle donne naissance à une comparaison à grande échelle MAIS sans connaître l’échelle de comparaison. C'est elle qui est à la base des pensées communes et souvent erronées et et de visions de monde idéalisée mais non vécues. c'est l'information à outrance qui nous fait prendre conscience de nos différences fondamentales , de culture, de religion, de race, d'idéologie, d’écologie et de société. Or la différence fait souvent peur ... car elle met à jour cette inégalité inhérente à la vie même, cette diversité qui fait que chacun est unique dans son être, cette non-ressemblance des situation qui fait resurgir les injustices selon que vous êtes nés ici ou là bas , que vous être gros ou maigre selon la norme ambiante qui vous entoure ou que simplement vous êtes différents de vos voisins. Et la diversité même agréable fait peur, elle est source d'angoisse car elle pose la question de qui a raison ! Elle vus oblige à remettre en question votre être, vos habitudes et vos pensées. Et cela beaucoup ne le supportent pas... L 'éventualité d'être dans l'erreur est une source d'angoisse pour celui qui s'est enchaîne à ses habitudes. Si cela s'avère vrai, il oblige l'individu à briser ses chaines,, à se reconstruire et et tout recommencer. Bref à se révolutionner et révolutionner par là même son monde! Or cela est inconcevable pour l'ordre établi, car une idéologie est comme tout organisme vivant, il tend à se conserver et se renforcer. l'information met en danger son entropie. Alors naissent les racismes et sectarismes de toutes sorte et les massacres qui s'en suivent . Alors on tue non pas pour survivre dans sa chaire, mais pour ne pas mettre en danger l'ordre et la PENSÉE dominante même si on en est esclave. Alors on tue pour ne pas "briser les chaines de ses habitudes et certitudes réconfortantes" . Oui car les certitudes réconfortent...Rien de plus angoissant que d'être dans le doute, rien de plus sécurisant que la certitude.

Après l'age de pierre, de bronze, de fer, de la métallurgie et de l'industrie, dans quel âge vivons nous sinon celui de l'information. Nous sommes en plein dedans, instantanément et continuellement connecté au monde entier , au moindre événement nous avons accès , mais sans jamais le connaître réellement, sans jamais savoir, nous restons pourtant informés!

Et c'est pourquoi un monde qui a vu l'extinctions des races entières, les conquêtes des empires tels que la perse, l'empire romains, la chevauchée d’Alexandre le "grand"!!, ou encore la formidables avancée de Jenjis Khan ou l'empire arabo-musulmans, la guerre des cents ans, celle de l’Espagne, de la France , d’Angleterre , un monde qui a connu la barbarie, la pauvreté, la guerre mondiale, la misère et la maladie sans un jour de répit , un monde qui a vu couler le sang tous les jours , depuis des millions d'années, ce monde là, nous le trouvons aujourd'hui barbare , inégale et schizophrène !! Pourtant il n'a pas changé, et si il l'a fait c'est en mieux, en plus paisible, en plus pacifique!

C'est l'information qui nous fait savoir au même instants, dans le même monde, sur la même planète minuscule, une sonde qui part dans l'espace pour sonder pluton à des millions de kilomètres, alors qu'à une centaine des enfants meurent de faim et des femmes se font violer!! L'information nous jette à la figure toute cette inégalité, toute cette diversité, toute cette effervescence qui fait de la vie, la vie , et du monde un monde Fou!

K;t

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 02:07

C’est pourquoi l’homme est voué à vivre par procuration, soit en se tournant vers le passé, soit en se projetant vers l’avenir, sans cesse. Et voilà pourquoi il est également voué à la fuite. Une fuite en avant et perpétuelle. Coursant un présent à jamais hors d’atteinte, il ne lui reste plus que la nostalgie du passé et la crainte de l’avenir. Un passé qu’il tente soit d’oublier car douloureux mais sans jamais vraiment y parvenir, soit de reproduire car agréable mais toujours aussi incapable de reproduire car contingent au présent, et un futur qu’il craint ou espère, (ce qui revient à la même chose, car l’espérance est une attente de quelque chose de mieux, de quelque chose dont on a envie ou pire besoin, mais sans aucune assurance qu’elle se produise) . Ces deux états mènent indéniablement et invariablement à l’angoisse. A une sorte de non existence chronique et de perdition. Alors il prend encore la fuite mais cette fois dans le sens qu’abordait H. Laborit, c'est-à-dire dans une course vers l’oubli , pour se sauver de cette contradiction irrésolu qui est que ce qui existe n’est ni le passé, déjà passé, ni le futur, pas encore là, mais juste le présent ; or ce présent il est par essence incapable de le saisir et l’appréhender, ceci en dehors de ses reflexes animales ou ses fonctions végétatives. Pour son intellect, sa conscience ce présent est intouchable, sinon une fois qu’il est déjà du domaine du passé ou alors dénaturé, tendu vers un futur supposé, une chimère, un monde né de l’imagination.

Ce processus de « sortie de secours » , ce tour de passe- passe de l’esprit pour donner un but à ce qui n’en a pas, un sens à l’insensé, et une touchée à l’intouchable, est ce que Laborit expliquait en le qualifiant de « fuite » . Et c’est bien cette fuite qui donne naissance à l’art, la science, la philosophie mais aussi la religion. Tous ces domaines qui tentent d’accrocher l’homme à ce qu’il ne peut appréhender ou comprendre se conjuguent toujours dans le futur, en se servant du passé mais surtout en ponctuant l’instant. Ce fameux instant. L’artiste vous livre ses affects du moment , dans l’instant passé, par une œuvre étalée dans la durée qu’il espère la plus longue, en créant un lien entre le passé et l’avenir. Le scientifique tente d’expliquer l’univers (à l’instant), en retracer son passé spéculant son avenir, afin de mieux cerner le présent, le philosophe parle d’éthique et de morale, pour tenter d’approcher la sagesse qui est le but ultime de toute philosophie, la sagesse qui n’est rien d’autre que « saisir l’instant présent, afin de toucher le bonheur et la sérénité, et le religieux vous promet un avenir eternel et pour peu que vous suiviez son enseignement vous délivre de l’angoisse du futur et des pourquoi du passé, afin in fine, d’atteindre aussi le bonheur ou la béatitude dans l instant.

Toute activité humaine n’est une tentative pour cerner l’instant, une mascarade, pour toucher l’intouchable et saisir l’insaisissable, un cirque auquel aucun être conscient ne peut se soustraire. Un cercle vicieux où on est tous prisonniers, qu’on soit artiste ou ouvrier, savant ou ignorant. Simplement comme je le disais au début, certains en sont conscients et choisissent de le crier haut et fort, d’autres ne le savent qu’inconsciemment et prétendent vive sans prétentions et questions. Mais ils ne dérogent pas pour autant à cette fuite, car métro, boulot, dodo, vacances préprogrammées et les bouffes entre soit disant amis sont également une tentative de fuite, mais discrète, de ce hui clos. Que sont les photos de vacances et autres sinon qu’une tentative d’emprisonner l’instant ? QU’est ce que le travail ( travail non la rémunération) sinon une occupation affin d’oublier le tic tac , qu’est ce que les amis sinon une tentative de retrouver une âme semblable , ou des affects proches si vous préférez ; afin de mieux supporter l’angoisse, en partageant cette solitude inhérente et caractéristique d’un homme ne pouvant ni figer l’instant, ni revivre le passé, ni connaître le futur ? Pour qui a de réels amis, il est évident que l’ami est celui qui le renforce, qui renforce LE conatus, la force vitale qui nous pousse à survivre car il partage par ses affects semblables ; la même condition, la même solitude, la même angoisse, soulageant ainsi con « coéquipier », par empathie et sympathie. Et finalement qu’est ce que l’amour sinon une tentative désespérée et illogique mais en même temps la plus logique inventée par la nature, de rendre l’instant éternel ! En créant un sentiment, un « lien » au-delà du temps ; dépassant la servitude de la mort même ?

Toutes ces subterfuges qui nous aident à survivre, à donner un sens à la vie fonctionnent sur le même principe : Immortaliser l’instant, ou du mois le faire durer suffisamment longtemps pour oublier qu’on est non seulement, mortel, mais aussi incapable d’exister car incapable d’appréhender le temps, le vrai, le seul qui existe : le présent.

Nul échappatoire, à cela … jusqu’à ce que la corde casse et nous en délivre,…. peut-être !

K.T

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 23:03

Et puis il y a les autres, ceux qui vivent sans cette sensation d’empressement, sans cette distorsion des sens, sans ce décalage avec la réalité. Les gens normaux, sains si j’ose dire. (Car cette conscience trop développée rend malade. )

Regardez autour de vous, combiens font des projets sur dix, vingt, ou trente ans ? Se chargent de crédits ou encore préparent leurs retraites avec un tel sérieux qu’ils en oublient le présent même ? Ou à l’inverse, combiens ne vivent que « ici et maintenant », sans penser aux conséquences de leurs actes ni à leurs résultats dans un futurs plus lointains ? Beaucoup je pense pour ne pas dire presque tous. Or bien que cela semble à première vue contradictoire, une dichotomie, les uns comme les autres sont animés par la même force, bien que réagissant différemment, à la même cause.

Les premiers, tels des fourmis dans la fable ; se pensent immortels, pensent que si aujourd’hui existe, demain existera forcement, alors ils entassent, ils ramassent et font des provisions à tel point que l’idée de dépenser aujourd’hui finit par les terroriser ! Les autres, cigales, pensent être en harmonie totale et irrévocable avec le présent, à tel point que ce qui compte le présent et rien d’autres n’existe en dehors de l’immédiateté. Le plaisir immédiat, la possession immédiate, la jouissance immédiate, la réussite facile et immédiate, etc…. c’est ce qu’on aime à nommer : société de consommation. Tout maintenant et tout de suite, et peu importe ce qui en coute à soi ou encore moins aux autres. Ils ont d’une certaine façon, gardé l’inconscience de la petite enfance. Et même certains ont une appréhension de la réalité que je qualifierai d’animal ou animalisé. Car ce qui fait la différence entre l’homme et la plupart du règne animal, pour autant qu’on le sache, c’est la conscience d’être mortelle. Une conscience intimement liée à celle du « temps » et de son irréversibilité. Cette petite voix qui nous dit que nous sommes soumis, quoi qu’on fasse, où qu’on soit et qui que l’on soit, au temps qui passe, et qui jusqu’à preuve du contraire, nous amène droit vers la mort. Le deuxième principe de la thermodynamique, la notion d’entropie et le désordre croissant ou encore ce que la physique appelle l’irréversibilité de la flèche du temps, n’expriment que ceci : le temps ne revient jamais en arrière et que les conséquences de la moindre action, ne peut que se propager.

Tout ceux-là ont enfermé à double tours, dans un tiroir caché dans les limbes de leurs mémoires, le fait que l’avenir n’est qu’une probabilité, une idée, une possibilité, qu’il n’existe réellement que lorsqu’il est devenu présent, et ne réalisent pas qu’alors devenu réel, « présent », il n’est appréhendable ; accessible à la conscience et la réflexion, qu’une fois qu’il est « vécu » , c'est-à-dire passé et donc devenu « du passé » !!

En fait si le présent est la seule chose, le seul moment qui existe vraiment , il reste en vérité inaccessible à l’homme sans faire appelle au passé et avenir. C’est ce que je reproche à tous les pseudo philosophies d’inspiration bouddhistes qui prônent le bonheur dans le fait de vivre l’instant présent. Car à mon sens ; si on ne vit et on ne peut vivre que l’instant présent , on existe et on ne peut exister que dans le passé ou le futur !

Suite…………..

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 03:15

D’autres non pas dépourvu de dons dits artistiques, car je pense que nul n’en est dépourvu, ne les développent guère et trouvent plus aisé de se noyer dans une sorte de suractivité.

Ce sont tous les fous du travail, ceux qui s’acharnent à vivre pour travailler et non travailler pour vivre. Car le travail, tout comme l’artistique permet d’oublier de modifier son espace-temps. Ils trouvent dans le travail un microcosme, et dans l’organisation du travail et du temps de travail, une certaine sécurité en cela qu’ils croient pouvoir maitriser ce temps et ces aléas et donc d’imposer son propre rythme à la vie au lieu de subir le rythme de la vie.

Ainsi le cadre qui fixe ces rendez vous, dans son bureau bien à l’abri du monde extérieur, a le sentiment de tordre le temps ; de maitriser l’événement et le moment en décidant du début et de la fin de l’entrevue, de l’endroit mais aussi parfois même de l’issu ! Ainsi il a l’impression de modeler son temps (la vie) à sa convenance, de l’obliger à se plier à son rythme en le maîtrisant alors qu’au fond, il ne cherche qu’à se synchroniser avec le présent immédiat , et donc à exister ! Je n’aborde pas ici l’attrait du gain ou le pouvoir ( synonyme), mais le processus psychologique par lequel certaines personnes passent leur vie non seulement au travail (même en vacance) mais font passer le travail ( comme si le travail était une chose particulière, une entité concrète telle une personne) avant toute chose dans la vie. Ces fous du travail ne sont pas tous riches ou faiseurs d’argents. Non ceci dépend des circonstances et des rencontres heureuses comme toute réussite d’ailleurs (le conatus est soumis aux événements et rencontres tout autant qu’à la volonté et choix). Non, beaucoup sont de simples travailleurs sans sous, des petits chefs ou même des artisanats modestes. Simplement ils sont acharnés, ne pensent qu’au travail et ne vivent que pour et par le travail. Ce sont ceux qui se suicident pour un contrat perdu ou un ordre contraignant, ou encore une dépréciation hiérarchique…. Car leur monde se résume au travail et pour un peu qu’un grain de sable vienne modifier cette construction du temps, celui-ci s’écroule ! Ce monde est le leur car ils y trouvent non pas forcément gloire ou fortune, ni même toujours reconnaissance, mais un hui clos ordonné, dans lequel il peuvent distordre le temps, et ainsi tenter d’être dans l’instant, ou autrement dit : se sentir exister

Sous leurs aspect sérieux et parfois même austère, ces fous du travail qu’ils soient riches ou pauvres, puissants ou méconnus, businessmans ou simples ouvriers, sont tous en quelques sortes des artistes manqués, avec lesquels ils partagent un point commun : La conscience de l’impossibilité d’arrêter le temps, celle de ne pouvoir jamais réellement et consciemment être dans le temps présent, un présent dont on n’a conscience qu’une fois qu’il est déjà du passé.

Suite….

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 00:15

Parfois ils développent des dons artistiques, deviennent écrivains, peintres, poètes musiciens, chanteurs, danseurs ou sculpteurs,.... afin de tenter d’attraper au vol, l’espace d’un instant, cette vie qui leur échappe inévitablement, de faire durer ce sentiment non pas d’être vivant mais d’exister vraiment.

L’expression artistique permet cela en ce qu’il rend le temps élastique, pendant mais aussi après. Pendant car L’artiste trouve à travers l’art, une fenêtre temporel, qui l’harmonise avec la vie lui donnant ce qui lui manque tant au fond : du corps, du continue, une réalité. Il existe enfin à travers son art, tel un fantôme sans consistance, à qui l’espace d’un moment, on prêterait corps pour qu’il puisse non seulement être mais exister. Il peut enfin par le prisme de son monde à lui, de son propre langage, de ces propres codes, appréhender une réalité qui le laissait jusqu’ici sur le bas côté. Il rattrape, en quelque sorte ce décalage temporel et lui dicte ses propres règles. Ainsi l’artiste maitrise le temps et peut se sentir vivre enfin comme individu « libre ».

Pendant donc, mais aussi après, puisque son œuvre tend à résister, à perdurer par sa propre existence, à travers le temps et même parfois la mort. C’est pourquoi l’artiste cherche la reconnaissance. Non pas tant pour la gloire et les paillette, mais pour laisser une trace, si petite qu’elle soit à travers ce temps qui lui échappe sensiblement. Il prend en quelques sorte sa revanche sur la vie, cette vie qui passe sans l’attendre, qui l’ignore mais le fait souffrir ; ce temps et qui n’attend personne en faite, simplement lui il le sait et le sent un peu plus que les autres.

Voilà l’essence même de l’art. Tromper la mort….et devancer la vie.

suite.................

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 02:52

Il y a comme un fossé entre la vie et certaines personnes.

Comme une incompatibilité, une déchirure, un sentiment d’étrangeté.

Comme si la vie ne se déroulait pas à l’instant et en eux, mais à distance et malgré eux. Comme si elle était une chose étrangère, une sorte de nostalgie mélancolique, un rêve, une illusion. Ils évoluent dans un monde ou une réalité parallèle, un autre espace temps.

Comme si la vie avait toujours une longueur d’avance sur eux, et que ce qu’ils en ressentaient, était non pas l’instant, mais juste la trace de l’instant déjà passé. Ou encore comme si la réalité se déroulait tel que dans un rêve,avec des règles bien précises mais étranges et distordues.

Cela est dû, en dehors du non-sens inhérent à la vie, à la conscience que quoi qu’on fasse, on ne peut retenir l’instant, que le temps de vouloir vivre, conscientiser et savourer le moment présent, il est déjà passé.Que ce qu’on vit n’est que l’empreinte d'un passé plus ou moins immédiat, d'un instant évanoui pour toujours et que ce dont on a conscience n’est que l’ombre projeté sur le mur, d’un spectacle dont on ne peut jamais vraiment faire partie de façon synchronisée, et cela du fait même que le temps de vouloir participer au "moment", il n’est déjà plus !

Cette conscience d’une existence à jamais inaccessible, d’un décalage impossible à combler entre le "moment" et la conscience de l’existence de ce même moment est irréversible. Une fois en installée, on ne peut l’effacer ni l’ignorer. Elle est là, en vous et ne vous quitte jamais. C’est comme un sens supplémentaire, une corde qui vibre et qui n’aurait jamais dû.

Ces gens là sont par conséquent incapables de se réjouir de la vie, Cette conscience plus aiguisée que la commune du temps qui passe, de cette succession d’instants qui leur échappe continuellement (par le fait même qu'on ne peut conscientiser le moment qu'une fois qu'il n'est plus), les empêche de vivre le moment présent et par là même; de se sentir "exister" …


Suite....

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 00:04

La solitude peut être amère et joyeuse à la fois,une malédiction tout comme une bénédiction, selon qu'elle est choisie ou infligée, active ou passive.

Mais La solitude n'est pas toujours affaire de nombre.

C'est surtout affaire de sentiment et sensation. C'est presque un état d'esprit, un ressenti. Parfois même un trait de caractère subit, une certaine "façon d'être".

C'est aussi une affaire de physique. On aura beau fait, on est à jamais prisonnier de soi, à l'intérieur de soi.

Et une fois installée, cette solitude la ,dure pour toujours, tapi, au fond de l'être, quoi qu'il advienne.

K.t

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 01:41

Il y a une limite à tout, et cette limite est faite pour être dépassée. Il en va de même pour la vie elle même.

Au lieu d'attendre sagement la mort en espérant lui échapper encore et toujours, espoir illusoire et douloureux, , je préfère la provoquer, la titiller, la railler, la moquer et l'inviter en la poussant à venir, non pas quand elle daignerait bien vouloir me rendre visite , mais quand, moi, je lui en laisse l'occasion.

"Suicidaire chronique"

chronique
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 00:50

Pour être heureux durablement, il suffit de l'être!

Par là , je ne suggère pas que c'est une question de volonté ou de travail, de je ne sais quelle philosophie de privation, ou de quelle vision positivo- new âge à la mode, ou même une histoire d'entrainement,de méditation ou d'éducation. Non, rien de tout cela. Pour être heureux, ou plutôt se sentir heureux, et cela même dans les pires conditions, il suffit de non pas croire , mais de savoir, d'être persuadé que la vie, n'est qu'une illusion. Non pas dans le sens "bouddhiste" que rien n'existe, non, Tout existe. Le réel est bien là, la chaise, la table, le clavier sur lequel je frappe mes mots et ma maladie qui me frappe de ce maux, tout cela est bien réel et existe. Mais de savoir que bien que réel, rien n'est pour autant vrai. Que la véritable nature du réel nous est inconnue En somme que cette réalité n'est qu'un jeu d'ombre et de lumière. Alors et simplement alors on peut décider de se sentir heureux, non pas qu'on le soit vraiment puisque par définition rien ne l'ai, mais l'assimiler comme une donnée, comme un décors inhérant à ce jeu même. Un peu comme une solution qu'on introduirait d'avance dans un computer, une réponse surfaite à une question qui n'en a pas.

Car sinon, comment atteindre un bonheur durable, (durable car le bonheur éphémère est une question de circonstances et d'occasions, une alchimie qui ne dure que l'espace d'un moment où la vie et ses tumultes nous est favorables par le jeu de je ne sais quelle alchimie ou de hasard, et que ce genre de bonheur, le vrai, ne dure jamais), un état de paix et de satisfaction quasi permanent si nous prenons la vie pour ce qu'elle semble être, une successions d'instants, dirigée par la flèche du temps , nous menant d'un inconnu vers un autre, d'un néant vers un non être ? Comment alors rester insensible à la douleur, la misère, les injustices, la vieillesse, l'impuissance et la mort? Comment ne pas sombrer inévitablement dans le désespoir et la folie devant la vacuité et le non sens d'une telle existence? Impossible!

Depuis que le langage a ouvert le chemin à la conscience, des croyances, superstitions, religions, philosophies ou courants de pensées s’efforcent d' expliquer,le comment et le pourquoi, de donner sens quitte à ce que l'explication soit simplement qu'il ne faut pas chercher le sens; car probablement il n'y en a pas, ou du moins qu'il nous échappe par définition, mais en tout cas l'homme tente par tout les moyens de créer l'espoir, d'un monde meilleur, d'un futur idyllique ou d'un au-delà où enfin le sens serait révélé mais surtout le bonheur possible.

Oui le bonheur car qu'on soit sophiste, stoïcien, nihiliste, existentialiste, croyant ou même matérialiste, que faisons nous au fond sinon de tenter de trouver une façon d'être heureux? Que recherche l'homme avant tout sinon le bonheur. La justice? Mais elle est toute relative et elle ne vaut que si elle mène à une équité relative et surtout au bonheur. La vérité? certainement pas, sauf si cette dite vérité peut lui apporter ce dit bonheur justement . Que fait le scientifique dans sa recherche de la vérité? tenter de résoudre les problème qui se pose à lui dans cette quête de bien être et de bonheur. Le médecin cherche à guérir et donc supprimer la douleur, peut être le plus grand obstacle au bonheur , l’ingénieur à construire, l'artiste à créer , le physicien à comprendre, le mathématicien à schématiser et le le philosophe à donner sens, pour quoi au fond? Dans quel but? : Pour atteindre le bonheur. Que recherche le croyant : le salut de son âme autrement dit un bonheur éternel. Que fait le matérialiste? Ne pas chercher de sens ou d éternité mais simplement améliorer le présent et si possible le futur : autrement dit son bonheur, ici et maintenant. Et que fait l'extrémiste qui donne sa vie pour une cause sinon que rechercher son bonheur, car cette cause défendue au prix de sa vie et souvent de bien d'autres est pour lui la condition sine qua non d'un bonheur durable car véritable? Et le suicidaire ne se supprime que parce que sa vie lui est insupportable pour diverses raisons, mais que cette souffrance qu'il ne peut plus endurer barre le chemin qui l'amène au bonheur. Le suicidaire se tue pour être heureux, ou du moins un peu plus peut-être.

Mais alors comment faire pour atteindre enfin ce bonheur qui semble nous échapper éternellement ?

En continuant à s'inventer des préceptes et croyances, encore et encore, ou en essayant d'effacer obstacles après obstacles, à coup de sciences,de formules, de technique et technologie ou si il le faut à coup de guerre et de massacres et d'éliminer sans cesse ce qui nous nuit en espérant survivre le plus et le mieux possible? Ou bien alors en se retirant du jeu, comme le font les moines dans leurs forteresses, loin du monde et ses tracas et entrer en méditation? Ou bien encore en tournant le dos et se dire que finalement tout ceci arrive car cela se devait d'arriver, dans un but supérieur qui sans doute mène au bonheur, comme le font les croyants ?

Je ne le pense pas . Je ne pense même pas que le bonheur existe ou qu'il puisse exister.

C'est pourquoi je crois que pour être heureux, il suffit de se "croire heureux" , non pas par la force de la volonté, ni par le biais de la persuasion, mais simplement en ajoutant cela comme un ingrédient obligatoire et naturel, à ce chaos qu'est la vie. De s'y croire au point de l'être réellement !

En somme, puisque tout n'est qu'appréhension, que la vrai nature du réel même si il existe, reste à jamais en dehors de la compréhension humaine, qu'un ensemble change de nature du moment qu'il est observé , puisque cette réalité n'est au fond qu'une des réalité possibles et donc façonnée par notre présence même, en un mot puisque le monde n'est qu'illusion, une illusion réelle mais illusion tout de même; alors de la même façon que la douleur existe, que la joie ou la tristesse et plus largement les affects existent en interaction avec le réel, alors il faut aussi implanter le bonheur comme une donnée existante, et même pré-existante à ce dit réel, et cela quoi qu'il arrive, ou pas!

Voilà pourquoi un vieil adage chinois dit la chose suivante:

"Si tu veux être heureux soit le."

Mais moi, je ne suis pas chinois ! Même si je mange beaucoup de riz !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le monde est fou....moi aussi.
  • : Pour ceux qui s'interrogent..sur l'amour,la guerre..la vie, et la mort. Sans oublier l'humour, le sexe, et le ROCK "n" ROLL, bien sûr
  • Contact

logo vdm big
Tout ce qui a un début, a une Fin.

همه از مرگ مي ترسند، من از زندگي سمج خودم...."

 
آن‌چه که زندگی بوده‌است از دست داده‌ام، ............... بعد از آنکه من رفتم، به درک، می‌خواهد کسی کاغذپاره‌های مرا بخواند، می‌خواهد هفتاد سال سیاه هم نخواند، من فقط برای این احتیاج به نوشتن که عجالتا برایم ضروری شده‌است می‌نویسم
S.Hédayat.
من گنگ خواب دیده و عالم تمام کر است ؛ من عاجزم از گفتن و خلق از شنیدن است

Droit, tout droit vers cette obscure clarté,

qui tombe des étoiles...

Sans-titre.jpg 

 
این چه حرفیست که در عالم بالاست بهشت
هر کجا وقت خـوش افتـاد همانجاست بهشت

دورخ از تیـــــــــرگی بخت درون تـــــــــــو بــود
گر درون تیــره نباشد همه دنیــــاست بهشت

A.TABRIZI 

Poète perse.

 

6a00d834515f9b69e20168e5c36718970c-800wi

 


مراد از زنده ماندن ، امتداد خورد و خوابم نیست
توان دیدن دنیای ره گم کرده در رنج و عذابم نیست
هوای همنشینی با گل و ساز و شرابم نیست .

جهان بیمار و رنجور است .
دو روزی را که بر بالین این بیمار باید زیست
اگر دردی ز جانش برندارم ناجوانمردی است .

نمی خواهم بمیرم تا محبت را به انسانها بیاموزم
بمانم تا عدالت را برافرازم ، بیفروزم

خرد را ، مهر را تا جاودان بر تخت بنشانم
به پیش پای فرداهای بهتر گل برافشانم
چه فردائی ، چه دنیائی !
جهان سرشار از عشق و گل و موسیقی و نور است …

نمی خواهم بمیرم ، ای خدا !
ای آسمان !
ای شب !
نمی خواهم
نمی خواهم
نمی خواهم

 مگر زور است ؟  

F;Moshiri

 

Condition humaine

iran  


(Saadi, Poète perse 1184-1283)

 553806_430808160316219_442424970_n.jpg


Celui sui se transforme en bête,
se délivre de la douleur d'être un homme


Coupable !!

banane-rock.jpg
  Boite à blabla

 

 

" Mais chanter,
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l'oeil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, -ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d'en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d'être le lierre parasite,
Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !"
E.R

La vie ?!

 

کاش میشد سر نوشته خویش را از سر نوشت 

کاش میشد اندکی‌ تاریخ را بهتر نوشت

کاش میشد پشت پا زد بر تمام زندگی‌

داستان عمر خود را، گونی دیگر نوشت

The Only King

Music 4ever

28348 121812137842746 646493 n

 

logo_vdm_big.jpg


ميون يه دشت لخت زير خورشيد كوير
مونده يك مرداب پير توی دست خاك اسير
منم اون مرداب پير از همه دنيا جدام
داغ خورشيد به تنم زنجير زمين به پام


من همونم كه يه روز مي خواستم دريا بشم
مي خواستم بزرگترين درياي دنيا بشم
آرزو داشتم برم تا به دريا برسم
شبو آتيش بزنم تا به فردا برسم


اولش چشمه بودم زير آسمون پير
اما از بخت سيام راهم افتاد به كوير
چشم من به اونجا بود پشت اون كوه بلند
اما دست سرنوشت سر رام يه چاله كند


توی چاله افتادم خاك منو زندوني كرد
آسمونم نباريد اونم سرگروني كرد
حالا يه مرداب شدم يه اسير نيمه جون
يه طرف ميرم تو خاك يه طرف به آسمون


خورشيد از اون بالاها زمينم از اين پايين
هي بخارم مي كنن زندگيم شده همين
با چشام مردنمو دارم اينجا مي بينم
سرنوشتم همينه من اسير زمينم


هيچی باقی نيست ازم لحظه های آخره
خاك تشنه همينم داره همراش می بره
خشك ميشم تموم ميشم فردا كه خورشيد مياد
شن جامو پر می كنه كه مياره دست باد